[ SkipToMainMenu ]

Hommages - La tragédie de Humboldt

L’honorable Joseph A. Day (leader des libéraux au Sénat) : Honorables sénateurs, le scénario est le même dans toutes les collectivités où on joue au hockey, d’un bout à l’autre du Canada : les garçons et les filles, les jeunes hommes et les jeunes femmes, les entraîneurs et le personnel des équipes voyagent en autocar pour se rendre aux matchs et aux tournois. Dans les petites localités comme dans les grandes villes, nos fils et nos filles voyagent en autocar sur les autoroutes et les routes rurales qui sillonnent notre vaste pays.

Malheureusement, comme tous les Canadiens le savent, le 6 avril, une tragédie a bouleversé le quotidien du monde sportif. Juste au nord de Tisdale, en Saskatchewan, un poids lourd est entré en collision avec l’autocar transportant les Broncos de Humboldt, une équipe de la ligue de hockey junior de la Saskatchewan. L’atmosphère était à la fête alors que l’équipe s’en allait disputer un match éliminatoire à Nipawin, mais un instant plus tard est survenu le terrible accident qui a coûté la vie à 16 personnes, en a grièvement blessé 13 autres et a bouleversé des familles à tout jamais.

Pendant les jours qui ont suivi, tous les Canadiens ont dû composer avec la perte. Cependant, le Canada s’est uni derrière les survivants blessés et les familles des habitants de Humboldt qui sont décédés. Depuis ce terrible jour, des Canadiens d’un océan à l’autre se sont réunis pour manifester leur appui envers une collectivité et une province en deuil en exposant des bâtons de hockey sur leur perron, en portant des chandails de sport au travail et à l’école et en versant des millions de dollars en dons pour aider les familles à composer avec leur perte inimaginable.

Honorables sénateurs, nous partageons tous la douleur de Humboldt, tout comme c’était le cas il y a 10 ans lorsque sept membres des Phantoms, l’équipe de basketball de l’école secondaire de Bathurst, et leur enseignante ont perdu la vie dans une horrible collision sur une route enneigée de ma province, le Nouveau-Brunswick.

Au nom des libéraux indépendants au Sénat, j’offre mes plus sincères condoléances aux familles, aux amis et aux proches des 16 personnes qui sont décédées dans cette tragédie. J’offre aussi notre soutien et nos meilleurs vœux aux blessés et à leur famille. J’espère que nos pensées et nos prières leur donneront de la force alors qu’ils commencent à refaire leur vie.

L’honorable Pamela Wallin : Honorables sénateurs, je prends la parole aujourd’hui avec de l’amour dans le cœur pour les amis et les voisins à Humboldt et les gens de nombreuses petites villes des Prairies qui envoient leurs garçons réaliser un rêve et tenter de se dépasser. Dans ces petites villes, tout le monde connaît quelqu’un qui a été touché. Mon neveu a joué avec plusieurs des garçons. Tous les enfants prennent un autobus pour se rendre à l’école, à une compétition de hockey ou de volleyball ou à un camp.

Aujourd’hui, au Sénat, nous pleurons la perte des victimes avec leur famille et nous prions pour les familles qui veillent toujours à l’hôpital.

Au cœur de cette peine, il y a eu bien des moments émouvants : le DVD brisé du film Lancer-frappé qu’on a trouvé près de l’autocar ou le geste inspirant de Logan Boulet, un jeune homme de 21 ans, qui a insisté pour signer sa carte de don d’organes peu après son anniversaire. Il ignorait que, quelques semaines plus tard, son extraordinaire geste altruiste offrirait le don de la vie à six personnes. Comme l’a dit Neil Langevin, le parrain du jeune homme : « Ce geste à lui seul en dit long sur la nature altruiste et bienveillante de Logan. » L’histoire de Logan a incité de nombreux Canadiens à signer leur carte de don d’organes.

Par la suite, les Canadiens ont exposé leurs bâtons de hockey à l’extérieur pour appuyer les Broncos. Cette campagne a balayé le pays et ma ville, Wadena. Tout le monde déposait ses bâtons devant sa porte d’entrée, et les agriculteurs les déposaient même le long de la route. Il y a eu aussi la Journée du chandail sportif, où le pays a montré son soutien en portant les couleurs des Broncos ou un chandail sportif d’une équipe locale.

Pensez aussi au nombre impressionnant de dons qu’on a faits pour la campagne de financement sur la plateforme GoFundMe, lancée au départ par Sylvie et Cailin en vue d’amasser quelques dollars afin acheter du café et de la nourriture pour les familles qui attendaient des nouvelles. À l’heure actuelle, la campagne a recueilli plus de 12 millions de dollars.

Lors d’une tragédie, les gens font toujours preuve d’une grande humanité. Cet esprit aide tout le monde à composer avec la douleur et la perte, et cette fois-ci ne fait pas exception.

Je tiens à dire un mot au sujet des premiers intervenants. Ils travaillent de façon professionnelle dans un contexte douloureux et infernal pour sauver des vies. Nous leur exprimons tout notre respect et notre gratitude. Je remercie les bénévoles et les religieux qui continuent de soigner l’âme des personnes qui sont brisées émotionnellement. Je remercie le maire de Humboldt, Rob Muench, que j’ai rencontré la semaine dernière, d’avoir réussi à exprimer ce que ressentent de nombreuses personnes et d’être une voix forte de la collectivité.

Cette semaine, d’un bout à l’autre des Prairies, d’autres funérailles et hommages auront lieu, et les familles entreprendront le long chemin de la guérison.

Je tiens à dire aux gens de Humboldt et aux familles touchées par la tragédie des Broncos que, même lorsque les caméras ne seront plus là et que la saison de hockey sera terminée, nous serons toujours là avec vous. Nous savons l’immense courage dont il faudra faire preuve, les décisions difficiles qui devront être prises et tous les efforts qu’il faudra déployer.

Le président des Broncos, Kevin Garinger, a déclaré ceci : « S’il nous reste une lueur d’espoir, c’est l’amour que nous avons pour notre prochain. »

En terminant, je rappelle les paroles d’une personne pleine de sagesse :

Il y a du sacré dans les larmes. Elles ne sont pas un signe de faiblesse, mais de force. Elles sont plus éloquentes que dix mille langues. Elles sont les messagères de l’incommensurable chagrin, et de l’indicible amour. 

Retourner à : Dans la Chambre